Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Bandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer
Chambre Professionnelle du Conseil Provence

Les actions de la CPC

Retour
Jean-Michel VOLA
Le 3 octobre 2016
TEMOIGNAGE CLIENT N°3

TEMOIGNAGE CLIENT N°3

QUAND LES CHEVEUX SE METTENT AU VERT
INTERVIEW DE PATRICIA BARRERO DU 26/2/2016

Le consultant : un accoucheur d’idées novatrices ? Un guide ou un partenaire du quotidien du chef d’entreprise ?

Patricia BARRERO  entrepreneuse  créative dans le secteur  de la coloration végétale des cheveux, avec un salon de coiffure de 3 personnes à Pertuis,  négocie avec les « grands » du marché mondial des soins de beauté, transforme « ses recettes maison» de teintures en véritable innovation marché, en se faisant épauler par un cabinet-conseil depuis 2012.

Quel est le contexte, les enjeux réels, et les objectifs  de la mission ?

Coiffeuse dès l’âge de 20 ans, je  crée mon propre salon à Pertuis en 2004.

Engagée dans une vision écologique de mon métier, en 2009 je décide à ne plus utiliser des produits chimiques dans la coloration des cheveux. Il faut savoir que 13% des coiffeurs déclenchent des cancers de la vessie, sans parler des dangers sur la clientèle elle-même, qui sont réels sur le plan médical.

Beaucoup de produits dits naturels ne le sont en réalité que très partiellement ! Je teste les produits longuement, sur moi-même et ma clientèle,  modifie les formulations, enfin bref j’obtiens des « recettes »  sur la tenue des teintures, la palette élargie de couleurs et de reflets …

Mais ensuite, comment passer du stade de l’artisan, travaillant en recherche et développement dans sa  « cuisine »,  à celui d’acteur d’un marché mondial : comment  faire? Pour quoi faire ? Seule ou en alliance avec un industriel ?

Des questions auxquelles je ne savais pas répondre.  La Chambre des métiers m’a assistée techniquement et financièrement depuis 2012 et encore aujourd’hui ! Elle m’a proposé l’appui d’un cabinet-conseil pour m’accompagner dans cette démarche.

Pourquoi avoir fait appel à un cabinet conseil ?

J’étais « une simple coiffeuse », mais avec une volonté farouche d’améliorer mon métier et surtout d’apporter du bien-être à mes clients : il fallait que je devienne chef d’entreprise !

Ce fut le rôle du cabinet-conseil membre de la CPC Provence : m’aider à formuler mon projet, et à le concrétiser sur toutes ses dimensions : brevets, négociations, développement  d’un plan d’affaire à moyen terme, organisation de mon travail, de toutes mes tâches, rapports avec mes clientes etc…..

Comment s’est organisé le travail du cabinet-conseil ?

Par le biais de la chambre des métiers, nous avons lancé deux missions en parallèle, et les deux projets sont menés de front en 2012 avec le même cabinet :

  • CAP ET ACTION (24.000€ financé à 60% par la chambre des métiers) : j’étais seule et il fallait reconfigurer de manière exhaustive tous les postes de mon salon, lui redonner une colonne vertébrale : accueil, shampooing, techniques, pour pouvoir embaucher et me permettre de prendre le temps nécessaire pour aller « vendre » mes idées et mes produits de coloration végétale auprès des industriels.
  • IDEO-PROJET (de l’idée au projet : 15.000€ financé à 80%) : je veux créer des produits végétaux en brevetant la solution avec une extension internationale. Le cabinet-conseil devait m’aider à analyser les alternatives possibles :
  1. Fabriquer et commercialiser moi-même
  2. ou me rapprocher d’un grand groupe présent sur ce marché.

Tout ce travail a été conduit en osmose forte avec ce cabinet : de la réflexion stratégique à la formalisation des échanges quotidiens avec les différentes partenaires, en passant par une préparation préalable aux négociations avec le groupe international, avec  lequel j’avais entamé un rapprochement pour l’industrialisation de mes produits, ainsi que les relations avec le cabinet chargé de formuler le brevet auprès de l’INPI.

Comment avez-vous pu formaliser d’un point de vue technique le savoir-faire de fabrication de ces produits de coloration ?

J’avais des « recettes », la Chambre m’a proposé de me mettre en contact avec le CRITT de La Rochelle, organisme avec des compétences  diverses et reconnues qui aide les PME  dans leur démarche d’innovation, en les assistant au niveau de la recherche et du développement de nouveaux produits.

Ils m’ont permis de formuler plus scientifiquement toutes les questions d’empattage (action de mélanger avec l’eau les différents végétaux),  de niveau de PH de l’eau, des problèmes autour de la texture, des interrogations sur les réactions des différentes plantes à la température etc… A partir de cette analyse j’ai mis au point une gamme de 15 colorations ou nuances : cela a duré près de 4 ans pour obtenir ce résultat, et offrir  maintenant une solution  100% naturelle (les cheveux  gagnent en épaisseur et en qualité), sans aucun danger sur le plan de la santé, avec des produits beaucoup plus abordables pour les clients, innovants puisque n’existant pas sur le marché actuellement. Tout le contraire des colorations chimiques actuelles quelles que soient leurs appellations.

Quels ont été les apports majeurs de cette assistance ?

L’enjeu financier est important puisqu’il fallait négocier à haut niveau avec l’entreprise partenaire, sur des montants d’investissement évalués en millions d’euros, sur la création d’une chaîne de production impliquant une cinquantaine de salariés. Je veux garder une grande éthique dans la fabrication des produits (pas de travail d’enfants) et avec des modalités de production très biologiques. Le marché mondial des tubes de coloration est d’environ 64 milliards de doses vendues par an.

Totalement intégré au projet de développement,  le cabinet m’épaule dans toutes ces relations complexes,  me rassure pour garder les pieds sur terre, et avoir toujours plusieurs axes de développement, pour penser à ma propre évolution, indépendamment de ce contrat (avoir des solutions alternatives à ce partenariat).

Il a servi « d’accoucheur d’idées » et de facilitateur entre les différents acteurs de ce projet, qui avait pris une dimension internationale.

Quelles sont les principales qualités attendues d’un consultant d’après cette expérience ?

Pour quelqu’un comme moi qui n’avait pas la fibre gestionnaire au départ, ce conseil m’a permis de maîtriser une certaine complexité que je n’avais pas imaginée, m’a transmis sa rigueur, le fait de prendre du recul et du temps pour la réflexion, d’intégrer l’organisation dans mon propre métier,  de cerner l’essentiel, la stratégie des partenaires etc….tout cela avec une grande pédagogie.  Une présence à toute heure et pour toute question.

Et si cela était à refaire ?

Je ne changerais rien : prendre les mêmes et recommencer, avec des méthodes identiques ! La chambre des métiers et ce cabinet ont crû en mon projet, dans ma volonté d’aller au bout du bout de ma démarche, et moi je leur ai fait une totale confiance : un bon pari….presque gagné.

Propos recueillis par Jean Michel VOLA Administrateur CPC Provence

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
L'ECONOMIE GRATUITE : MYTHE OU REALITE ?

L'ECONOMIE GRATUITE : MYTHE OU REALITE ?

Le gratuit devient-il payant ? La gratuité est-elle l’avenir d’une économie où vous n’êtes pas...

Jean-Michel VOLA
4 avril 2017
TEMOIGNAGE CLIENT N°4

TEMOIGNAGE CLIENT N°4

DISC: UNE METHODE HAUTE EN COULEURS :INTERVIEW DE MME DESHONS, présidente de la société DESHONS...

Eric TORTELIER
3 avril 2017
EXACTITUDE DE FACTURATION: UNE OPPORTUNITÉ DE CRÉATION DE VALEUR :

EXACTITUDE DE FACTURATION: UNE OPPORTUNITÉ DE CRÉATION DE VALEUR :

Combien d'avoirs votre département financier a-t-il émis à vos clients ?Malheureusement beaucoup...

3 avril 2017
DEVELOPPEZ VOTRE CHIFFRE D’AFFAIRES PAR LA FIDELISATION

DEVELOPPEZ VOTRE CHIFFRE D’AFFAIRES PAR LA FIDELISATION

DEVELOPPEZ VOTRE CHIFFRE D’AFFAIRES PAR LA FIDELISATIONC’est enfoncer des portes ouvertes que de...

2 avril 2017
VALEUR CLIENT ET EFFICACITE COMERCIALE

VALEUR CLIENT ET EFFICACITE COMERCIALE

ADAPTER SES EFFORTS COMMERCIAUX A LA VALEUR DE SES CLIENTSVotre portefeuille client (s’entendent...

Valerie GUYARD
2 avril 2017
RGPD :  LE COMPTE A REBOURS A COMMENCÉ

RGPD :  LE COMPTE A REBOURS A COMMENCÉ

Le 25 mai 2018, la nouvelle loi sur la protection de la vie privée, appelée Règlement Général de...

1 avril 2017
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus